GAMBIE-SÉNÉGAL | On a fait Banjul – Cap-Skirring en bus

Comme vous le savez, on fait nos voyages sac à dos en allant de pays en pays en transports en commun, une solution plus qu’économique ! Ce soir, on va vous raconter comment on a fait Banjul (Gambie) – Cap-Skirring (Casamance, Sénégal). On vous détaille les trajets empruntés, durées, tarifs et on vous laisse faire le calcul ! Et, vous l’aurez remarqué dans notre article « GHANA | On a fait le tour du pays en deux semaines », tant qu’on arrive à destination, le nombre de bus à prendre ne nous fait pas peur ! On vous raconte :


Banjul, le 13 février 2020.

Vers 8h, on a quitté notre hébergement à Kanifing pour rejoindre la station de bus de Westfield. Sachant que l’on dormait proche d’un grand axe routier, on a pu y aller en gelli-gelli (bus local) pour 15 GMD en à peine 10 minutes. Une fois à Westfield, on a attrapé un autre gelli-gelli, cette fois pour Brikama, pour un tarif de 35 GMD et environ 1h de route. Ensuite, on a pris un troisième gelli-gelli qui nous amenait derrière la frontière sénégalaise, à Seleti. Cette fois, nous avons payé 50 GMD pour le ticket de bus et 25 GMD pour notre sac à dos qui était considéré comme un bagage et qui a donc été déposé sur le toit du véhicule le temps du voyage. Quand au trajet, il a duré un peu moins de deux heures.

Poste-frontière de Jiboro à la frontière Gambie-Sénégal. Nfuure © février 2020

Passer la frontière Gambie-Sénégal

Sur la route de Brikama à Seleti, il y a un stop au poste frontière de Jiboro ! On a donc dû descendre du bus pour les contrôles d’identité, puis on est remontées dedans pour terminer la route jusqu’à Seleti. Au total, contrôle inclus (même pas 15min pour l’ensemble des passagers), le trajet nous a pris un peu moins d’1h30.

On précise qu’on a toutes les deux des nationalités CEDEAO (Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest, qui comprend les 15 pays dans lesquels on a prévu de voyager dans un premier temps), ce qui facilite, en principe, le passage de frontières et surtout nous exempte de visa ! De toute manière, pour entrer au Sénégal et surtout par la route, il n’y avait à ce moment-là ni visa, ni laisser-passer, ni motif impérieux… on rappelle que mi février, la propagation massive du coronavirus commençait à peine et il n’y avait aucune restriction de voyage liée à la pandémie (la belle époque) !


Quelque part sur la route entre Ziguinchor et Cap-Skirring.
Nfuure © février 2020

Enfin bref, une fois arrivées à Seleti, notre quatrième véhicule, une voiture cette fois, nous emmenait donc jusqu’à Ziguinchor, capitale de la Casamance, région sud du Sénégal. Cette fois, on a payé 2625 FCFA pour un peu plus d’1h30 de route. Pour finir, pour arriver jusque Cap-Skirring, on a pris un dernier bus pour une durée d’un peu plus d’une heure et un tarif de 1800 FCFA. Par contre, on a attendu presque 2h qu’il démarre ! Car le principe de ce type de bus, c’est qu’il ne part qu’une fois rempli ! Alors autant vous dire qu’en heures creuses comme ça (il était environ midi), tu peux attendre ! Du coup, le temps d’arriver à Cap-Skirring, de rejoindre notre hébergement à Kabrousse et de nous poser un peu, on a tout juste eu le temps de regagner la plage pour le coucher du soleil ! Une fin de journée bien méritée (après quelques péripéties qu’on vous racontera 😂) !


LE RÉCAP’
Kanifing-Westfield : 15 GMD
Westfield-Brikama : 35 GMD
Brikama-Seleti : 75 GMD
Seleti-Ziguinchor : 2625 FCFA
Ziguinchor-Cap Skirring : 1800 FCFA


Ça peut paraître compliqué comme ça, mais pour avoir fait d’autres trajets de ce type, on peut vous assurer que là, c’était assez fluide d’un bus à l’autre. Y’à qu’à aller revoir notre story à la une « 🇸🇳 » sur Instagram pour revivre ce trajet en vidéo !

Et parce que la Casamance n’était pas notre dernier stop du voyage (qui continuait jusqu’en Guinée-Bissau), on ne manquera pas de vous raconter dans un prochain article comment, quelques jours après, on a aussi fait Ziguinchor-Bissau en bus ! Une autre journée sur la route qui n’a pas été de tout repos !

3 commentaires

  1. Vous avez tout compris les filles, rien de tel que de voyager ainsi, en s’immergeant de la culture locale.
    Quel courage, je ne pense pas que j’aurais pu voyager en sac à dos.
    Vois faites votre propre PEKIN EXPRESS 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s